L’expert maritime est un conseiller technique INDEPENDANT, OBJECTIF et IMPARTIAL.
Il propose aux particuliers et aux professionnels ses conseils, son expérience, ses connaissances et son savoir faire pour ce qui concerne la construction des navires et leur entretien, leur exploitation et leur maintien en sécurité.

Son domaine de compétence s’étend à tout le domaine maritime. Il peut être amené à s’entourer de sapiteurs* dans la conduite d’expertises techniques.
Il intervient à tous les stades de la vie du navire. Ses missions, très variées, portent sur les aspects techniques, administratifs, légaux et financiers du navire.
Il peut être amené à expertiser un navire pour en déduire une valeur vénale qui permettra une vente ou un achat. Cette valeur peut également être un point de départ à la détermination d’une couverte d’assurance.
L’expert est le mandataire de son client. Il agit dans le cadre de la déontologie professionnelle et se trouve tenu à un devoir de moyen, de conseil ainsi qu’au secret professionnel. Il est couvert par une assurance en responsabilité civile pour son exercice professionnel.
Il est contradictoire (pour une expertise amiable et contradictoire) choisi par son client pour une expertise amiable, désigné par le tribunal pour une expertise judiciaire (expert judiciaire).
L’expert maritime fixe librement ses honoraires avec son client en fonction du temps, de la difficulté et de la technicité à mettre en oeuvre.

Chaque cas étant un cas particulier, si l’on écarte les missions de bases. Il est impossible d’établir un tarif type et chaque mission doit faire l’objet d’un devis détaillé.
L’expert maritime rédige un rapport à l’issue de sa mission. Ce rapport, illustré de photos, fait la synthèse des constatations et des analyses. Il indique un diagnostic et établi une évaluation des coûts. Selon les cas, un rapport préliminaire peut être établi avant dépôt du rapport définitif.
*SAPITEUR : Expert chargé d’évaluer un lot de marchandise, technicien spécialisé dans un domaine précis.

IMPORTANT : Pensez à vérifier que l’expert a bien les compétences requises et déclaré en tant que tel (RCS ou n°TAHITI). Il doit avoir souscrit à une assurance professionnelle pour l’exercice de ses fonctions.